Rechercher
  • pbsabourin

La gestion des matières résiduelles : Retour à la base (Deuxième partie)

En discutant avec les gens, on remarque que plusieurs personnes ont des informations différentes ou même des croyances sur les déchets et la récupération. Parmi les mythes à déboulonner, tous les pots et bouteilles en verres sont systématiquement jetés. Chaque centre de tri a ses problématiques distinctes. Certains centres de tri ont plus de difficulté à trier un verre répondant aux critères de qualité des recycleurs. Le verre est alors utilisé comme matériel de recouvrement par les sites d’enfouissement. À Montréal, on vient d’inaugurer un nouveau centre de tri moderne et un équipement de tri pour les contenants de verre y sera intégré en mars 2020.[1] Chez nous en Mauricie, les contenants de verre déposés dans les bacs à récupération sont recyclés à 100%. L’entreprise Bellemare récupère tous ces types de contenants pour vendre le verre recyclé à différentes compagnies.[2] Aussi, il n’est pas vrai de mentionner que la récupération prend le même chemin que les déchets. D’après la RGMRM, 85% du bac bleu qui est constitué de contenants, emballages et imprimés sont recyclés. Mentionnons l’entreprise Soleno [3] qui utilise le plastique #2 pour fabriquer des produits tels que des drains et des tuyaux pour la maitrise de l’eau pluviale. D’où l’importance de continuer à recycler pour permettre à ces entreprises de créer de l’emploi.



Finalement, un petit aide-mémoire rapide pour bien intégrer les informations. Ce qu’on met dans le bac bleu est uniquement des contenants, des emballages et des imprimés. Pour ce qui est du publi-sac, on vous demande tout simplement de sortir les circulaires du sac. Pour les sacs de plastique, on vous demande soit de les jeter à la poubelle ou de faire des sacs de sacs pour faciliter le travail des employés. Ce qui est refusé est tous les objets qui ne sont pas ceux mentionnés auparavant, la vaisselle, les jouets, les électroménagers et tout ce qui touche à l’électronique. On vous encourage d’aller les porter à l’écocentre où la RGMRM va pouvoir les valoriser. Pour permettre une meilleure qualité de travail, on demande aux gens de ne pas mettre dans leurs bacs bleus des résidus dangereux (produits inflammables, explosifs, toxiques comme les ampoules fluocompactes qui contiennent du mercure, etc.). Autres objets à proscrire sont les objets longs (cordes à linge, lumières de Noël, etc.) parce qu’ils vont bloquer la machinerie à l’usine, les objets lourds (poêles en fonte, outils, etc.) et les déchets qui sont destinés au site d’enfouissement parce que, tout simplement, c’est insalubre pour les employés.


Lorsque vous êtes dans le doute, vous pouvez télécharger l’application « Ça va où? » de Recyc-Québec où vous pouvez appeler à la Régie de gestion des matières résiduelles de la Mauricie (RGMRM) au 819 373-3130.



Gardons en tête lorsqu’on récupère mieux, on fait économiser du temps et on augmente la qualité des matières recyclées. En augmentant l’efficience du tri, on permet d’améliorer la qualité et la valeur des matières, ainsi les entreprises seront plus tentées à intégrer des matières recyclées à la fabrication de leurs produits. Avec les années, la société a bien intégré dans ses pratiques quotidiennes la récupération des matières résiduelles. Devenu un réflexe pour certains, il faut parfois revenir à la base et se poser les bonnes questions. Il est important de respecter la hiérarchie du 3RV-E en suivant la suite logique. Avec tous ces matériaux récupérés, on peut respecter un peu plus notre planète !




[1] https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1386207/centre-tri-montreal-verre-enfouissement [2] https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1258443/bouteilles-tri-recyclage-depotoir-consigne-verre-montreal-trois-rivieres [3] https://soleno.com/

1 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout